Takhotakh, vidéos, vidéaste, plateforme, vulgarisation, culture, savoirs

Takhotakh : la plateforme vidéo qui met en avant la culture !

Une plateforme vidéo fondée sur le partage et la culture pour tous

 

Takhotakh, vidéos, vidéaste, plateforme, vulgarisation, culture, savoirs

La plateforme de vidéos Takhotakh c’est d’abord deux amis, deux étudiants : Aurélien et Pierre-Antoine. Ils se sont connus en école d’ingénieur à Lille et ont souhaité rendre accessible à tous leur sélection de chaînes vidéos. Takhotakh, finalement, cela part de cette belle idée, de cette volonté de partage…

À la sortie de l’école, les deux compères fraichement diplômés proposent à Arthur, ingénieur spécialisé en développement web, de les rejoindre dans cette nouvelle aventure. La plateforme Takhotakh voit le jour… Nouvelle en avant-première : les créateurs vont livrer une nouvelle version beaucoup plus belle et fonctionnelle du site la semaine prochaine ! De plus, une réelle entreprise SAS est en train de voir le jour. Une entreprise qui met en avant des missions de développement durable et des objectifs solidaires.

 

Une plateforme vidéo pour quoi faire ?

Au départ, ce projet part d’un constat : sur la toile, il y a énormément de contenus vidéos. Pour s’y retrouver, savoir lesquels utiliser, un tri est donc nécessaire. De plus, Arthur, Aurélien et Pierre-Antoine ont à cœur de pouvoir mettre à la disposition de tous les vidéos. Une plateforme web semblait donc la meilleure option. En effet, elle va permettre de recenser et de présenter les chaines vidéo et les vidéastes qui diffusent les savoirs et la culture. En effet, Takhotakh n’est pas spécialisée en vulgarisation scientifique. Elle se veut exhaustive et cherche à prendre en compte toutes les formes de culture et de savoirs.

Pour tester la faisabilité et l’intérêt d’un tel projet, rien de mieux qu’un crowfunding ! Une façon de récolter et des fonds et des avis. Car, oui, le deuxième intérêt de la plateforme, c’est son côté collaboratif. Elle est pour le moment en version “Alpha”. Cela signifie que nos trois associés attendent de vous que vous leur apportiez vos retours. Critiques positives, négatives, axes d’amélioration… Tout commentaire est le bienvenu, du moment qu’il est constructif.

Rappelons-le, les maîtres-mots, ici, pourraient bien être : partages et accessibilité ! On échange nos découvertes et on a accès à tout, car la plateforme est gratuite et sans publicité. Chacun est libre de participer financièrement s’il le souhaite et à la hauteur de son choix.

 

Mais pourquoi investir dans cette plateforme ?

Takhotakh, vidéos, vidéaste, plateforme, vulgarisation, culture, savoirs

Mise à part le fait que l’on peut la voir comme une alternative “saine” (désintéressée ?) à YouTube et comme une aide à la recherche de contenus vidéos de qualité, elle offre aussi des avantages intéressants.

En effet, si vous prenez la peine d’investir (à votre hauteur bien sûr !) dans la plateforme, vous pourrez bénéficier de services intéressants :

  • Tout d’abord, vous pourrez bénéficier d’un assistant de visionnage. Il vous permettra de créer et de gérer des sortes de “playlists”. La gestion peut se faire selon le temps que l’on a pour regarder les vidéos (trajet aller-retour, boulot…) ou selon les centres d’intérêt que l’on a (biologie, astronomie…).
  • Ensuite, il est possible de mettre en place un assistant parental. Si vous avez des enfants, il vous sera possible de sélectionner des vidéos au contenu approprié. Vous pourrez également profiter de conseils et astuces, en particulier sur des questions de santé publique. Cette interface, adaptée à l’âge des enfants, sera créé en lien avec des psychologues et des pédiatres.
  • Enfin, vous pourrez découvrir un assistant écologique. En effet, la vidéo est extrêmement polluante, or elle représentera bientôt 80% du trafic web. Takhotakh veut permettre une éco-utilisation de la plateforme en informant notamment les utilisateurs de leur consommation d’énergie liée à la visualisation de vidéos. Il sera également possible de suivre des astuces pour réduire l’impact énergétique. C’est effectivement un des enjeux de la plateforme : faire prendre conscience aux gens de leur impact énergétique. Saviez-vous notamment que la vidéo “Gagnam Style” de Psy, visionnée 2,7 milliards de fois, a induit une demande d’électricité équivalente à la consommation annuelle d’une petite centrale nucléaire ?

 

Une plateforme vidéo pour donner plus de visibilité aux vidéastes

Si Arthur, Aurélien et Pierre-Antoine ont créé Takhotakh c’est aussi pour essayer de mettre en avant le contenu de qualité qui est parfois “noyé dans la masse” de YouTube. En effet, ce dernier se fonde majoritairement sur la publicité et les algorithmes ne favorisent pas forcément le contenu. La plateforme des trois ingénieurs, au contraire, recense du contenu de qualité et l’assistant de visionnage aide l’utilisateur à s’y retrouver et à sélectionner facilement ce qu’il veut regarder.

Il est également important pour les inventeurs de donner plus de visibilité aux vidéastes. Ce métier, bien que de plus en plus plébiscité, ne permet pas souvent d’en vivre. Cela reste majoritairement une passion, une passion très chronophage. Takhotakh a donc pour ambition de mettre en avant ces créateurs de contenus. Il y a des rencontres avec eux, afin de comprendre leurs objectifs, leurs buts, pourquoi ils se sont lancés dans la vidéo… Une bonne manière d’assurer pour les utilisateurs de la plateforme cette fameuse “qualité” et, en contre partie, les vidéastes pourront peut-être enfin avoir plus de renommée et de stabilité, notamment au niveau de la rémunération.

Cependant, Takhotakh n’a pas pour ambition de concurrencer YouTube. La plateforme répond à d’autres enjeux et veut s’affranchir de l’influence parfois néfaste de la publicité qui, pour les créateurs, n’est pas un schéma économique viable. Au contraire, avec leurs objectifs de développement durable et de solidarité, la plateforme semble avoir trouvé un positionnement qui a du sens et qui peut être pérennisé dans le temps. Il y a une cohérence globale qui se crée, notamment grâce aux différents assistants mis en place.

 

Quel.le.s vidéastes peut-on retrouver sur la plateforme ?

La plateforme se construit au fur et à mesure. Au tout départ, elle regroupait les vidéos suivies par les trois associés. Il s’agissait surtout de la construction d’une sorte “d’annuaire”.

Aujourd’hui, ils ont une volonté de mettre en place une stratégie éditoriale. Cela commence par le fait de contacter les vidéastes un par un afin d’obtenir leur consentement. Trois thématiques ont été clairement définies :

  • sciences et techniques ;
  • art et culture ;
  • société et info.

Takhotakh, vidéos, vidéaste, plateforme, vulgarisation, culture, savoirs

Une charte éditoriale, avec des critères de sélection, est en cours de création, en concertation avec des vidéastes. Ces derniers doivent notamment posséder un certain nombre d’abonnés pour pouvoir aider à la mise en place de la rémunération. Ainsi, certaines communautés se comptent déjà à plusieurs centaines de milliers de fidèles.

Plusieurs vidéastes se sont montré.e.s très intéressé.e.s par le concept, mais, étant souvent “surbooké.e.s”, ils/elles n’ont pas toujours le temps de s’impliquer tout de suite. D’autres testent déjà la plateforme et aident à remonter d’éventuels bugs, tels que Baptist de Parlons Y-stoire, Romain de la chaîne Mediaclasse ou Clément de la chaîne Tyllou.

Takhotakh, vidéos, vidéaste, plateforme, vulgarisation, culture, savoirs

 

Un futur plein de projets…

La plateforme Takhotakh est en contact avec différentes associations, comme Le Café des Sciences ou la Vidéothèque d’Alexandrie. Leur vision est souvent commune, mais les associations ont parfois un manque de moyen. Une collaboration avec Takhotakh pourrait donc être une bonne opportunité.

J’ai fini l’entretien en demandant si la vidéo serait le seul support agrégé sur la plateforme (vous voyez où je veux en venir ?). La réponse est : pour le moment oui, car elle reste le média le plus puissant. Cependant, si tout se construit bien pour la vidéo, pourquoi ne pas inclure, à terme, d’autres contenus… Après tout, rappelons que cette aventure n’existe réellement que depuis 1 an…

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire