Anthropologie Biologique, La Veilleuse d'Âmes, Alexis Demey, Vulgarisation Scientifique

Un entretien avec Alexis Demey

Du doctorat au roman de vulgarisation scientifique

 

Pour la reprise du blog, début septembre, je vous avais proposé une nouvelle chronique d’un roman de vulgarisation scientifique : La Veilleuse d’Âmes, tome 1. Ce très bon roman de style fantasy-SF est né sous la plume de la jeune auteure Alexis Demey et a été édité chez Lucca Editions.

Je dis bien jeune auteure, car malgré ce que j’ai cru à la lecture de ce roman, Alexis Demey n’a que 28 ans ! Une nouvelle qui m’a laissé coite, mais pleine d’espoir également. Il n’y a pas d’âge pour réaliser ces rêves… Autre prouesse, Alexis n’est pas auteure à plein temps. Bien au contraire, elle est avant tout doctorante en anthropologie biologique ! Elle doit donc jongler entre ses recherches, ses cours, les cours qu’elles donnent et les corrections de son roman. Impressionnant…

Pour ne rien gâcher, cette jeune prodige (oui je suis totalement fan !) est vraiment très sympathique et passionnante ! Nous avons discuté pas moins d’une heure et demi, et encore cela aurait pu durer. J’avais très envie d’en apprendre plus sur la création de ce roman et, comme je ne suis pas égoïste, je vous livre ses réponses…

La Veilleuse d'Âmes, Alexis Demey, Lecture, Vulgarisation Scientifique

 

Peux-tu nous parler un peu de ton domaine d’étude, l’anthropologie ?

Alexis Demey a suivi l’un des seuls masters d’anthropologie biologique de France. L’anthropologie, c’est l’étude de l’être humain sous toutes ses coutures. Des études tant physiques (anatomiques, biologiques, physiologiques, évolutives…) que culturelles (sociales, religieuses, psychologiques…). Ce qui passionne particulièrement notre jeune auteure, c’est l’anthropologie biologique. Il s’agit de l’étude de l’évolution humaine et du comportement humain, d’un point de vue biologique. Son doctorat, en particulier, étudie l’agressivité humaine : son évolution, ses rôles, ses objectifs, ses conséquences…

C’est un domaine qui est très peu développé en France, voire même mal reçu. En effet, une idée reçue est largement répandue : “cette science sert à justifier des faits infâmes, tels que la colonisation”. Or non, l’anthropologie biologique ne cherche pas à justifier, mais à expliquer !

Aux États-Unis, en revanche, la discipline est étudiée et très bien acceptée. Plus important encore, tous les sous-domaines de l’anthropologie communiquent et travaillent ensemble. Impensable en France actuellement ! La réponse d’Alexis Demey à ce triste constat est donc l’écriture de La Veilleuse d’Âmes. Elle veut ainsi montrer qu’il faut que toutes les disciplines communiquent, qu’elles peuvent (doivent) travailler ensemble et établir des connexions.

Anthropologie Biologique, La Veilleuse d'Âmes, Alexis Demey, Vulgarisation Scientifique

 

D’où est venu l’idée de ce roman ?

Vous ne l’avez peut-être pas encore lu (dans ce cas-là, vous savez ce qu’il vous reste à faire), mais vous pourrez vous rendre compte que l’histoire est originale, complète et plutôt complexe. J’ai donc voulu savoir comment était venue cette idée à Alexis. Elle m’a ainsi révélé qu’elle avait toujours eu l’histoire dans la tête. Cependant, elle n’avait jamais osé l’écrire avant…

En effet, je vous révèle une nouvelle facette de cette presque super-héroïne. Alexis Demey est dyslexique et a donc toujours été “très mauvaise en français” (ce sont ses dires). L’écriture de ce roman a été une sorte de revanche sur la vie et sur toutes les personnes qui lui ont toujours affirmé qu’elle échouerait.

 

Pourquoi un roman de vulgarisation scientifique ?

Pendant son master, en France, elle s’ennuyait quelque peu. Elle se rendait bien compte qu’elle apprenait énormément de choses. Des connaissances pour le moins passionnantes sur l’anthropologie, mais finalement très méconnues du public. Ces savoirs seraient pourtant essentiels pour régler des problèmes de communication. L’anthropologie peut en effet aider à “traduire” les cultures. Pour l’anthropologie, toutes les cultures sont égales. Cette science permet donc d’observer les sociétés d’un point de vue extérieur et de s’ouvrir au monde.

La Science-Fiction est un support parfait pour l’anthropologie. Il permet de regarder le monde comme si vous étiez un extra-terrestre. Quant au para-normal (l’une de ses passions) donne un sens et une logique à l’histoire. L’anthropologie biologique est donc très bien mise à l’honneur, surtout pour expliquer la sélection naturelle et l’évolution des âmes et des différentes espèces du roman.

Le premier tome de la série permet à Alexis Demey d’établir les bases de l’anthropologie biologique. Son tome 2, en revanche, va amener les débats. Ceci sera aidé par les peuples extra-terrestres qui étudieront l’être humain de l’extérieur.

Anthropologie Biologique, La Veilleuse d'Âmes, Alexis Demey, Vulgarisation Scientifique

 

Quelle a été ta méthode de rédaction ?

Quelles étapes as-tu mises en place pour ta rédaction ?

Cette histoire originale, Alexis Demey l’a écrite en seulement quelques jours. En une semaine, elle avait déjà rédigé 101 pages !

Finalement, ce qui lui aura pris le plus de temps est “d’apprendre à écrire”. Elle n’a pas voulu suivre une méthode “officielle”, un guide. Elle a préféré faire confiance à son instinct et prendre les avis des uns et des autres. Finalement, c’est grâce à la poésie (une autre de ces passions) qu’elle a trouvé son style.

Très bonne nouvelle si vous êtes fans, Alexis m’a assuré qu’il n’y aura bien que 3 tomes. En revanche, étant donné que son univers est très complexe et complet, elle écrira potentiellement d’autres cycles et des préquels.

 

Comment as-tu créé tes personnages ?

La Veilleuse d’Âmes regorge de différentes espèces extra-terrestres avec de véritables histoires évolutives. Elle a mûrement réfléchi le nom des espèces, leur culture, leur histoire. Par exemple, le nom des espèces provient du nom d’une culture humaine. Et, pour ne pas être taxé de favoritisme (ou pire encore) les “gentils” et les “méchants”, Alexis les a tirés au sort. Elle n’a donc appliqué aucun jugement.

Pour l’histoire évolutive de ces espèces, elle s’est aidée des avis de ses collègues doctorants anthropologues. Tous les mardi, ils se regroupaient, Alexis leur présentait une de ses espèces et devait ensuite être capable de répondre à toutes les questions la concernant. Si certains points n’étaient pas clairs, ils étaient repris un par un afin d’être consolidés. Un exemple de démarche scientifique ?

Les théories scientifiques qui sont proposées dans le roman sont également vérifiées par des experts. Elle discute notamment régulièrement des avancées de son histoire avec ses encadrants.

Anthropologie Biologique, La Veilleuse d'Âmes, Alexis Demey, Vulgarisation Scientifique

 

Comment as-tu connu Lucca Éditions ?

Une fois son roman écrit, Alexis Demey n’avait pas vraiment réfléchi aux suites. Elle possédait maintenant une très belle histoire, originales, certes, mais pleine de connaissances scientifiques. Quelles maisons d’édition cela pourrait-il intéresser ? Sûrement très peu…

C’était sans compter sur un appel d’offre qui venait tout juste d’être lancé par Lucca Éditions. Cette maison cherchait notamment des romans à visée scientifique et plutôt orientés sciences sociales. Une aubaine ! Et une très belle surprise pour nous, lecteur.e.s…

 

Si vous n’êtes toujours pas convaincu.e.s, je vous recommande vraiment la lecture de ce roman !

Vous pourriez aussi aimer...

1 Comment

  1. Thanks for sharing this Great article

Laisser un commentaire