série télé, communication scientifique, culture populaire

Les séries télé, de la culture scientifique adaptée ?

Apprendre en se divertissant avec les séries télé

 

Les séries télé, un dispositif de culture populaire adapté ?

série télé, communication scientifique, culture populaire

© Pixabay.

C’est la rentrée ! Le blog est de retour !

Et pour (re)commencer le cycle des articles, je vous propose une réflexion sur l’intérêt des séries télé dans le partage de savoirs. À l’ère des plateformes de streaming (faites-vous parties des personnes qui n’en ont pas ?), les séries deviennent de plus en plus importantes. Aujourd’hui, il y en a pour tous les goûts : de la science-fiction, du réel, du médical, du policier, de l’historique… Chacune a ses spécificités, et certaines mettent la science et la technique à l’honneur. Comment ? Grâce à la reconstitution d’un environnement scientifique, de personnages qui incarnent des scientifiques ou encore d’une histoire sur fond de sciences.

Bien entendu, le but premier des séries est de divertir les publics. Pour autant, elles apparaissent maintenant comme un incontournable de la culture populaire, qui permet de transmettre des savoirs, des questionnements, de la critique…

Quelles représentations des sciences ces séries véhiculent-elles ? Comment sont transmises les connaissances ?

 

Les séries télé : mettre à l’honneur les sciences grâce à la narration

La télévision, que nous le voulions ou non, est un média très répandu et un puissant vecteur de savoirs et d’informations. Ses dispositifs sont à la fois des dispositifs de médiation scientifique formelle (type “C’est Pas Sorcier”), mais également informelle. Les séries font partie de cette catégorie. Et, dans ce cadre-là, la télé est un outil redoutablement efficace.

Comme tous les dispositifs de culture populaire, les séries télé ont d’abord une fonction narrative et divertissante. Cette fonction est intéressante pour les sciences et la transmission de connaissances. De tels dispositifs permettent de mettre en scène les sciences et le techniques à travers des récits. Ce qui aident à ancrer concrètement les savoirs et facilitent donc leur transmission au plus grand nombre. De plus, ces dispositifs de médiation informelle stimulent la curiosité des publics et aident à leur donner goût aux sciences. Les séries peuvent donc transmettre des savoirs aux publics, sans même qu’ils s’en rendent compte.

Les séries télé médicales et policières (celles faisant intervenir la police scientifique) sont les types de séries qui mettent le plus les sciences à l’honneur. Je tiens tout de suite à dire que je n’affirme pas que ce qui est présenté est juste, j’indique simplement que les sciences y occupent une place prépondérante. Dans ce type de série, ce sont vraiment les professions (métiers) et l’environnement professionnel qui encadrent l’histoire et son dénouement. La plupart du temps, par souci de réalisme, ce cadre est réalisé en partenariat avec des spécialistes du domaine. Certaines séries deviennent alors des modèles du genre, avec un vrai souci du détail.

Pour l’anecdote, au temps où Dr House était encore diffusé à la télé, mon médecin généraliste s’échinait à essayer de trouver les cas avant le Dr House et reconnaissait lui-même que c’était souvent juste et bien fait. Cette recherche d’exactitude interroge donc sur la place qu’occupe certaines séries, entre dispositifs de vulgarisation scientifique ou dispositifs de loisir.

 

Où se situent les séries télé sur l’échelle de la vulgarisation scientifique ?

série télé, communication scientifique, culture populaire

@ Grey’s Anatomy – ABC – Disney

Nous pouvons maintenant nous demander si on peut considérer les séries comme des dispositifs de vulgarisation scientifique. Quelle rigueur dans la transmission des connaissances ? Les connaissances transmises sont-elles correctes ? Les méthodes utilisées sont-elles pertinentes ?

Souvent, les séries s’adressent à des publics naïfs, non spécialistes du domaine scientifique qu’elles traitent. Tout comme des romans ou des films de culture populaire, les séries mettent donc en contact le grand public avec des savoirs spécialisés. Ces publics peuvent être très variés : enfants, adolescents, initiés, spécialistes… Les discours restent les mêmes pour tous, sans adaptation particulière. Ce qui peut parfois être frustrant : des contenus trop vulgarisés ou trop difficiles à comprendre… La plupart des autres médias de communication scientifique “grand public”, au contraire, choisissent souvent une cible particulière (souvent le niveau fin collège – lycée) et vont donc s’adapter à elle.

Pour cela, les séries vont donc devoir développer des astuces pour s’assurer que tout le monde y trouve son compte et que, surtout, les profanes pourront comprendre l’intrigue et son dénouement, malgré un environnement et des connaissances parfois très spécialisés (je pense notamment aux séries médicales). Elles vont, par exemple, passer par des intermédiaires pour s’assurer que les messages seront compris. Dans les séries médicales, ces intermédiaires seront souvent les patients à qui il faut expliquer leurs symptômes et leurs maladies. Ces personnages peuvent alors se rapprocher du médiateur qui rencontre des scientifiques et qui a pour rôle de “traduire” les propos aux publics.

 

De la transmission de connaissances via la scénographie

Les séries développent plusieurs astuces pour plonger leurs publics dans un univers scientifique et donc pour transmettre, même si c’est un objectif secondaire, des connaissances.

Tout d’abord, les décors jouent un rôle très important. Ils permettent aux publics de reconnaître avec certitude le milieu scientifique où se passe l’histoire. Dans les séries médicales, par exemple, les scènes ont principalement lieu dans un hôpital. Les lieux, les équipements et les objets utilisés par les personnages plongent véritablement les publics dans l’univers médical. Par exemple, lors de scènes d’opération, le public voit (presque) tout, des instruments aux organes, en passant par les difficultés. Bien sûr, la présentation n’est pas forcément exhaustive, il ne s’agit pas d’un documentaire. Pour autant, la présentation de ce décor aide à la transmission de savoirs.

Les scénaristes utilisent certaines techniques pour s’assurer que les publics comprennent ce qu’il se passe. Ainsi, toujours dans les séries médicales, lorsque le cas se résout, des images illustrent le thème pour aider à la compréhension des publics. Ces illustrations prennent parfois la forme d’images de synthèse ou directement d’IRM, radios et autres scanners… Cette astuce ressemble beaucoup aux illustrations utilisées dans certaines émissions de vulgarisation (“Le Monde Jamy”, par exemple).

Les sciences ne sont pas les seules à être mises à l’honneur dans les séries, les techniques ont aussi la part belle. Ainsi, dans les émissions policières qui font intervenir des “experts” scientifiques, c’est la technique qui brille, avec presque un aspect magique et mystérieux. Elle ne faillit pas, elle donne toujours des réponses… et surtout vite ! Très vite ! Beaucoup plus vite que dans la réalité. Le résultat doit en effet faire avancer l’intrigue, en rendant finalement les scientifiques puissants, presque des sorciers…

 

De la transmission de connaissances via les dialogues

série télé, communication scientifique, culture populaire

© Alliance Atlantis – CBS Paramount Television

Les personnages aussi aident à transmettre des savoirs. Dans les séries médicales, on confronte les publics à des patients, à des médecins et autres personnels soignants ou encore à différents espaces incontournables (IRM, salles d’opération...). Les hiérarchies sont souvent respectées et, pour les publics, elles se traduisent à travers les niveaux de connaissances. Ainsi, les chefs de service sont plus experts que les internes, en cours d’apprentissage. Dans tous les cas, les personnels soignants seront toujours plus experts que les patients. On utilise souvent ces derniers pour s’adresser directement aux publics. Pour ce qui est des discours des différents intervenants, ils ne sont pas forcément vulgarisés, dans un souci de réalisme. Ainsi, lorsque les médecins discutent entre eux, ils utilisent leur jargon, qui n’est pas expliqué. Ceci consolide le cadre et aide à plonger les publics dans la réalité du milieu.

 

Les séries télé mettent en place une démarche scientifique

Beaucoup de séries qui mettent en valeur les sciences s’appuient sur la démarche scientifique. En effet, la plupart vont partir d’une question, d’une interrogation : “de quoi peut bien souffrir mon patient ?”, “Qu’est-ce qui a pu causer la mort de la victime, alors qu’elle ne présente aucune blessure apparente ?”. Les épisodes vont donc s’axer autour d’une véritable problématique, d’un véritable problème de recherche.

Cette problématique va construire l’intrigue. Cette dernière avance grâce à l’étude et l’approfondissement de diverses hypothèses, qui engendrent du suspens et de la tension dramatique. À partir de là, les personnages vont pouvoir mettre en place différents types d’expériences et d’essais pour valider ou non ces hypothèses. Ils vont donc mettre en place une véritable démarche hypothético-déductive. En outre, contrairement à la Recherche “réelle”, les échecs, les obstacles  et les difficultés rencontrés sont également présentés et participent à l’élaboration d’un climat instable et d’une véritable tension.

Dans ces différentes étapes, des artefacts mis en œuvre pour étudier les hypothèses transmettent des connaissances aux publics.

L’enquête scientifique devient le fil rouge de l’histoire, elle l’enrichit. Et, finalement, les sciences et les techniques occupent le rôle central. Ce sont elles qui, à la fin de l’épisode, clôturent l’histoire et imposent leur vérité.

 

Conclusion (Ce qu’il faut retenir)

Cet article indique, je l’espère, qu’il y a des points communs et des différences entre les séries télé mettant en valeur les sciences et les contenus “classiques” de vulgarisation scientifique. La série, tout d’abord, n’a pas pour objectif premier de transmettre des connaissances. Les publics les reçoivent de manière presque inconsciente. De plus, les séries ne cherchent pas à s’adapter à un public particulier et s’adressent à tous, avec plusieurs niveaux de lecture.

Ce type de série utilise les sciences et les techniques pour créer une histoire, une intrigue. Elles invitent les publics dans un nouveau monde où sciences et techniques sont rois et conduisent l’histoire. Ce sont eux qui la concluent et ce, de manière presque définitive. Au cours de cette histoire, les publics vont engranger plusieurs savoirs, transmis via les décors, les scènes, les dialogues… En revanche, on ne questionne pas les sciences et les techniques, on ne les remet pas en cause, on ne les discute pas… Elles sont au centre de la série, mais ne sont pas son sujet. Ce dernier reste la société, l’actualité ou les rapports humains.

Cependant, certaines séries, dont nous n’avons pas parlé ici, vont essayer de remettre en cause et d’interroger les sciences et techniques. C’est notamment le cas de “Black Mirror” qui pousse parfois à l’absurde certaines techniques.

Finalement, les séries semblent donc être de bons supports de communication scientifique, en mettant en valeur un certain monde technique et scientifique. Elles permettent aux publics d’apprendre en s’amusant et d’être sensibilisés à ce monde, encore parfois trop mystérieux...

série télé, communication scientifique, culture populaire

© Les Numériques.

 

Que pensez-vous des séries télé pour transmettre des savoirs ? Quels exemples de séries pouvez-vous citer ?

 

Sources :

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire